Le mécanisme secret de la grande pyramide d’Egypte

Analyse critique du "circuit noble" imaginé par Jean-Pierre Houdin

samedi 20 février 2010 par Philippe Lheureux

Surreprésentée dans les médias, les forums internet et dans l’excellent blog de Marc Chartier "Pyramidales", la nouvelle théorie de Jean Pierre Houdin s’attaque cette fois ci à l’architecture interne de la pyramide de Khéops.

Tout commence malheureusement par une campagne de publicité mensongère ou une simple théorie est annoncée comme une découverte. Erreur de communication ou volonté de nous faire prendre des vessies pour des lanternes ? Certains amis m’ont même appelé au téléphone pour me dire " Tu as vu , ils ont découvert deux nouvelles chambres dans la pyramide de Chéops".

Cliquez sur l’image pour accéder à l’article du monde

On pourrait penser que seuls des journalistes incompétents peuvent confondre le mot découverte avec le mot théorie mais le principal intéressé déclare lui même dans une de ses vidéos.

"Dans la pyramide de Khéops, il y a deux antichambres" et un peu plus loin "Donc j’annonce qu’il y a deux antichambres dans la pyramide de Khéops.

Et la marmotte , elle met le chocolat dans le papier d’alu ?

La rigueur scientifique impose normalement un peu plus de retenue dans les déclarations à la presse mais ici nous sommes dans un curieux mélange des genres : Un show médiatique permettant avant tout de présenter un nouveau spectacle 3D à la géode.

Tout ce tapage autour de cette nouvelle théorie ne serait pas bien grave si au final , la science était au rendez vous mais nous allons voir qu’il n’en est rien et que ce n’est pas parce qu’une chose est virtuellement possible à l’intérieur d’un ordinateur de Dassault Systèmes qu’elle a été réalisée sur place.


From Snefrou to Kheops
envoyé par mchartier. - Regardez plus de vidéos de science.

Un drôle de circuit noble !

Comme vous pouvez le remarquer dans la vidéo ci-dessus, la nouvelle théorie de Jean-Pierre Houdin consiste en un copié collé de l’architecture interne de la pyramide rouge à l’intérieur de celle de Khéops. Celle-ci se raccordant pile à l’endroit de la pierre clé de notre théorie.

Cela fait maintenant plus de trois ans que notre théorie de la serrure hydraulique parle d’une pierre destinée à s’enfoncer dans le mur nord de la chambre du roi. La pression de l’eau générée par le remplissage des conduits enfonce la pierre qui libère du sable afin de faire bouger certaines pierres et permettre l’accès à de nouvelles chambres.


Une serrure hydraulique dans la pyramide de Kheops ?
envoyé par superlutin93. - Vidéos des dernières découvertes scientifiques.

Dans sa nouvelle théorie , Jean-Pierre Houdin utilise cette même pierre comme bouchon d’un circuit noble destiné à éviter aux prêtres de "courber l’échine" en passant par le couloir ascendant et par la chambre des herses. Au départ, Jean-Pierre a remarqué un bloc aujourd’hui disparu sur une ancienne photographie de la chambre du roi.

D’après lui ce bloc avant d’avoir été brisé par les pilleurs, avait des dimensions qui collaient parfaitement avec celle d’un bloc bouchon mis dans le couloir d’accès à la chambre du roi.

De plus , la mise en place de ce bloc n’était possible que de l’intérieur de la chambre, ce qui condamnait les ouvriers à une mort atroce sauf s’ils pouvaient ressortir autrement (par le circuit noble .. qui ceci dit perdait au passage une partie de sa noblesse).

Le bloc B est repoussé suivant le sens de la flèche pour servir de bouchon.

D’après Jean-Pierre, ce ne peut évidemment être, ni un morceau de herse, ni un bloc remonté lors de la fouille des pilleurs dans la chambre du roi et cela prouve qu’il y avait donc bien une autre porte de sortie dans la chambre. Et puis cela fait sûrement plus esthétique (vu de l’intérieur par la momie) de camoufler le couloir d’accès à la chambre des herses. Dans ce cas la , pourquoi n’ont-ils pas nettoyés les bavures des joints au plafond ?

Et puis à quoi servaient les herses dans ce cas de figure ? Les constructeurs de cette pyramide étaient-ils sots ? Qu’est ce qui les empéchaient de glisser des blocs dans le couloir de la chambre du roi par la chambre des herses ? Les herses pardi :-) et un dallage de la chambre des herses légèrement plus bas que celui de la chambre du roi ... insurmontable ! Vous allez voir un peu plus loin (imaginé par Jean-Pierre Houdin) qu’un simple mécanisme repousse pierre aurait pu faire l’affaire sans demander à des gens de se sacrifier.Pourquoi en faire un au nord ouest et pas au nord est ?

Pour en revenir au fameux circuit noble, si j’avais été Jean-Pierre Houdin , je me serais servi de la rampe interne (largement dimensionnée et en pente douce) pour permettre d’arriver facilement dans la chambre du roi sans courber l’échine. Un simple couloir de liaison horizontal à partir de cette rampe faisait l’affaire. Je trouve qu’il manque un peu de suite dans les idées car en faisant un copié collé de l’architecture interne de la pyramide rouge, on se demande ce qu’apporte vraiment le circuit noble ? Non seulement il faut toujours courber l’échine et maintenant sur toute la longueur du parcours mais en plus , il faut grimper à une échelle pour passer d’une antichambre à la chambre du roi. Ce qui est super pratique avec la momie royale dans les bras.

C’est vrai qu’il faut bien justifier l’existence d’un circuit noble pour attirer de nouveaux spectateurs à la géode mais bon , il y a des limites quand même à ne pas franchir et la , elles sont allègrement dépassées.

L’ordinateur n’a prouvé qu’une chose , la pyramide comporte un tel volume que d’autres salles peuvent exister. Je passerais sur la nouvelle entrée du circuit noble imaginée par Jean-Pierre Houdin, cela ne vaut pas vraiment le coup de s’y attarder sauf peut-être pour faire sourire les ingénieurs structure qui y découvriront une nouvelle chambre imaginaire au ras de la façade extérieure. Parmi les autres ratés de cette nouvelle théorie , je citerais le circuit noble rajouté par Jean-Pierre Houdin pour sortir de la chambre de la reine et qui débouche sur une pierre inamovible.Cela partait d’une bonne volonté (les analyses de microgravimétrie ont montré des zones de sous densité du coté est du couloir de la chambre de la reine) mais cela débouche sur du grand n’importe quoi. Il a du se dire ,"les constructeurs ont bien réalisé des conduits qui ne débouchent pas à l’extérieur et qui étaient masqués en partie basse" alors moi je vais faire un couloir inutile pour continuer dans le même non-sens architectural ! Manque de chance , il y a une bonne raison pour que les conduits de la chambre de la reine s’arrêtent avant la façade.

Analyse critique du mécanisme de fermeture

Petite remarque personnelle : bonjour le bras de levier et la force qu’il doit falloir pour empécher la queue de billard de pencher vers le sol :-). Reste aussi à savoir comment cette longue barre de bois a été acheminée par le circuit noble qui comporte des coudes totalement incompatibles avec sa longueur. Quand je vous disais qu’on peut faire faire n’importe quoi à un ordinateur :-).

Le vide derrière le mur nord

Qui dit mécanisme de fermeture dit espace derrière le mur nord pour loger ce mécanisme. Jean-Pierre Houdin ne précise pas dans sa vidéo comment est couvert cet espace qui n’est pas protégé du poids des niveaux supérieurs par les chevrons de la chambre du roi. Un autre problème vient du fait que cet espace est censé se situer juste derrière les blocs de la chambre du roi or c’est impossible pour les raisons suivantes :

Calepinage du mur nord en rouge l’espace et en jaune les poutres censées le couvrir.

Cela imposerait que certaines pierres du mur nord soient des poutres qui permettent la couverture du vide derrière le mur nord. L’étude du calepinage du mur nord vient contredire cette possibilité et ne permettrait pas une hauteur de poutre convenable. De plus, une grosse partie de la descente de charge serait renvoyée sur le mur nord malgré la protection des chevrons. Petit rappel pour mémoire , c’est le mur sud qui s’est enfoncé.

Le personnage se trouve dans la chambre du roi.

Pour que la couverture soit possible et pour avoir des poutres plus hautes (donc plus résistantes) , il faut reculer d’une pierre.

Dans cette configuration, un espace peut effectivement être ménagé mais il impose un double mur pour soutenir les poutres de couverture. De ce fait , la pierre qui sera repoussée plus tard devra parcourir une distance supplémentaire, augmentant le risque de repousser du sable devant elle ou de se coincer dans un des joints présents sur son parcours. La ou cela se complique, c’est au niveau de couverture de la jonction avec le circuit noble. Le couloir noble ne peut être couvert que par des poutres transversales qui ne doivent pas appuyer au niveau ou les deux pierres doivent avancer. Jean-Pierre semble avoir opté pour une couverture longitudinale en porte à faux si l’on en juge par une capture vidéo à cet endroit précis.

Une belle coupe 3 D sur la couverture est demandée :-)Vous noterez au passage la hauteur de ce couloir d’accès proposé dans ce circuit noble pour éviter de "courber l’échine". Il fait la même hauteur que celui de l’entrée nord-est soit 1.04m. Très pratique surtout pour descendre à l’échelle de 6 à 7 m de haut au bout du couloir.

La sape devant le bloc du mur nord

Jean-Pierre Houdin déclare sur cette page.

Lors de la mise en place du bloc de fermeture, du sable a peut-être été poussé à l’intérieur de la chambre funéraire, laissant une anomalie au sol. C’est peut-être cela qui attiré l’attention des pilleurs du temps d’Al-Ma’moun : alors qu’il y a près de 32 m linéaires de mur dans cette pièce, ils ont creusé une sape juste au droit de ce bloc de fermeture…pas ailleurs. Ils ont senti qu’il devait y avoir “quelque chose” dans cette zone, mais au lieu de penser à creuser horizontalement dans le mur, ils ont creusé verticalement sur plus de 5 m de profondeur !”

Or si l’on se réfère aux relevés de Piazzi Smyth , la surface du dallage de la chambre du roi est plus haute que le niveau bas de la pierre.

Si du sable avait été repoussé lors de la mise en place de la pierre , il se serait retrouvé coincé devant le dallage et aurait empéché la pierre d’arriver au même nu extérieur que les autres pierres de la chambre.

Jean-Pierre Houdin déclare aussi sur cette page.

Croquis de Jean-Pierre Houdin suivant rélevé Dormion

“Depuis ces observations, je suis allé de nombreuses fois dans la pyramide et particulièrement dans la Chambre du Roi pour analyser de près ce mur nord. J’ai alors prêté attention à plusieurs autres détails. Le premier bloc en jaune au-dessus du bloc bleu est fissuré en deux endroits, en son centre. Ceci prouve qu’il existait un espace entre les deux blocs, donc que celui du dessus ne reposait pas sur celui du dessous. Par ailleurs, on sait que les poutres des plafonds se sont fissurées pendant le chantier après un tassement du mur sud de la chambre. Plus tard, certainement au moment où les hommes d’al-Ma’moun ont creusé un trou au pied du bloc de la deuxième entrée, cette partie du mur nord a aussi bougé un peu, de 2 à 3 mm, c’est-à-dire presque rien, mais cela a suffi pour que le bloc jaune se fissure et repose après coup sur le bloc bleu. “J’ai également procédé à une expérience avec une carte de crédit périmée en plastique : j’ai essayé de la glisser dans le joint de droite entre le bloc bleu et le bloc rose du portique. J’y ai réussi facilement, alors que c’est quasiment impossible ailleurs (on dit souvent au sujet des joints de la pyramide qu’ils sont si parfaits qu’on ne pourrait pas y passer une lame de rasoir). J’ai fait glisser cette carte à plat sur les pierres, de bloc en bloc, pour vérifier leur alignement. La seule fois où ma carte a buté, c’est précisément sur ce joint, ce qui prouve que le bloc bleu est légèrement en retrait du bloc rose. Si le bloc bleu avait été mis en place en même temps que tous les autres blocs de la chambre, il aurait été parfaitement aligné avec les autres.”

A mon avis le bloc fissuré fait parti des éléments de remplissage et ne porte rien d’autre que les deux blocs jaunes au dessus de lui. C’est d’ailleurs peut-être pour cette raison (moindre qualité que les autres blocs) que les constructeurs l’ont mis à cet endroit. Comme vous pouvez le remarquer , la structure porteuse (le portique comme il le dit lui même) est en rose, pas en jaune ou bleu. D’autre part , si un bloc posé sur deux appuis devait se fissurer suite à une surcharge de poids , ce n’est pas à cet endroit la qu’il se fissurerait , il céderait au niveau des appuis. Ou bien ses appuis céderaient avant qu’il ne se fissure. Comment Monsieur Houdin explique t-il que le linteau en rose fait du même granite ait pu transmettre des charges importantes sous lui sans se fissurer lui même ? Comment explique-t-il que la pierre bleue n’ait pas eu tendance elle aussi à descendre suite à la fouille ?

En parlant des joints

Il va s’en dire qu’une pierre repoussée de l’extérieur vers l’intérieur de la chambre est peu compatible avec la présence d’un joint propre. En effet, la pate du joint serait repoussée par frottement et finirait par former un petit bourrelet à la sortie. Ceci n’aurait pas manqué d’attirer l’attention des pilleurs tout comme l’absence de joints.

Voici une photo de la pierre en question et on y voit encore clairement qu’elle était jointoyée et c’est pour cela que les pilleurs ne l’ont pas repérée. Je laisse Jean-Pierre Houdin à ses déclarations ci dessus en ce qui concerne cette pierre . Comment a-t-il pu réussir à enfoncer une carte de crédit sans voir le joint à droite de la pierre ?

Voici une capture de sa main sur le joint extraite d’une vidéo France 2.

Essayer de faire croire aux lecteurs de pyramidales que cette pierre n’a pas de joints c’est cacher la réalité qui contredit sa théorie.

Jean-Pierre Houdin peut-il nous expliquer comment les constructeurs ont réussi les joints sans personne du coté de la chambre du roi ?

La réhausse des chevrons

Après avoir imaginé les deux antichambres, Jean-Pierre Houdin déclare que les constructeurs ont réhaussé les chevrons de la chambre du roi dans le but d’éviter que la descente de charge n’endommage les antichambres. C’est bien mais c’est en oubliant qu’en éloignant un tout petit peu les antichambres vers le nord ou la chambre du roi vers le sud, on évite carrement le problème. Les constructeurs n’étaient pas assez incompétents pour ne pas s’en rendre compte et c’est pour cela qu’il vaut mieux chercher une solution qui fait qu’ils ne pouvaient pas faire autrement.

Les deux entrées au nord ?

Ici aussi , Jean-pierre Houdin innove à la place des constructeurs en proposant deux entrées au nord pour une même chambre. C’est plus qu’étonnant de la part de quelqu’un prétendant avoir étudié toutes les pyramides car aucune autre pyramide n’est doté d’un tel dispositif.

Deux poids deux mesures.

A titre de comparaison, quand j’ai proposé à Sciences et Avenir de faire un article sur la théorie de la serrure hydraulique, on m’a répondu que rien ne paraitrait dans leur journal scientifique tant que je n’aurais pas l’aval d’un égyptologue connu. Ce qui entre parenthèse vu les connaissances de ces derniers en hydraulique et résistance des matériaux est aussi idiot "scientifiquement parlant" que de demander l’aval du boulanger du coin. J’aurais préféré qu’ils me demandent l’aval d’un ingénieur structure et l’aval d’un physicien hydraulique mais bon.

Les preuves scientifiquement observables et les 25 points expliqués n’ont visiblement pas suffit à les motiver.

Avec cette nouvelle théorie, on constate que malgré d’importantes erreurs de logique , la couverture médiatique est immense. Mais que font donc les journalistes scientifiques ? Que se serait-il passé si Dassault Systèmes avait modélisé ma théorie plutôt que celle de Houdin ? Cela aurait été amusant de proposer les deux versions à la géode et de terminer par un vote du public en faveur de la théorie qui lui semble la plus pertinente.

Seul point positif

En ciblant l’accès aux antichambres au même endroit que la pierre de notre théorie censée s’enfoncer du fait de la pression, Jean-Pierre Houdin va sans le vouloir faire d’une pierre deux coups : vérifier sa théorie et la notre en même temps. Encore faut-il qu’il en obtienne l’autorisation (c’est pas gagné) mais avec sa couverture médiatique, il a quand même plus de chance que nous. J’ose espérer que s’il déclenche par inadvertance le mécanisme décrit dans notre théorie, il évitera de se proclamer découvreur d’un mécanisme hydraulique au sein de cette pyramide et reconnaitra publiquement son erreur. J’en ferais bien sur de même s’il découvre un couloir ce qui d’après les élements qui sont clairement exposés sur ce site est plus qu’improbable.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 384118

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 8- Droit de réponse   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License