Le mécanisme secret de la grande pyramide d’Egypte

(P) Points forts - Points faibles

dimanche 7 mars 2010 par Philippe Lheureux

Résumé de tous les points forts de notre théorie ainsi des points qui restent en attente d’une meilleure explication.

Points forts de notre théorie

1- Elle permet d’expliquer facilement le décalage en plan et en coupe des trois chambres principales de cette pyramide. (pour permettre le passage d’un conduit à sable vertical)

2-Elle rend logique la présence des 5 plafonds successifs au dessus de la chambre du roi et le gros monolithe au dessus de son couloir d’accès ( lutte contre les effets de la pression hydraulique )

3-Elle rend obligatoire la présence de joints sur les deux premiers plafonds ainsi que la création d’un passage entre la chambre de Davison et la grande galerie. (soupape de sécurité)

4-Elle explique par le calcul pourquoi les poutres du premier plafond sont plus hautes que celles des autres plafonds. (résistance à la pression)

5-Elle explique pourquoi les constructeurs ont surdimensionnés les poutres des plafonds et ne se sont pas contentés de la section minimum de poutres ne devant supporter que leurs propres poids sur une longueur de 5.23m. (le couvercle n’aurait pas été assez lourd)

6-Elle explique pourquoi les joints des poutres de la chambre du roi comportaient de nombreuses traces de bavures et pourquoi les constructeurs n’ont jamais vu la fissuration des poutres de la chambre du roi. (voir droit de réponse à JP Houdin)

7-Elle démontre que les traces brunâtres prises pour des marques d’étais n’en sont pas et qu’aucune fissure n’a fait l’objet d’un replâtrage du temps des constructeurs. (voir droit de réponse à JP Houdin)

8-Elle permettait de calculer au cm près la hauteur à laquelle s’arretaient les conduits de la chambre de la reine et ceci sans même y envoyer un robot. (même hauteur de colonne d’eau que ceux de la chambre du roi)

9-Elle explique pourquoi on a retrouvé ce qui ressemble fortement à du limon dans un des conduits de la chambre de la reine. (essais avec de l’eau du Nil)

10-Elle rend logique la création d’une chambre souterraine creusée dans le calcaire naturel et laissée en l’état. (arrivée d’un conduit vertical au dessus du plafond sans risquer de cisailler des poutres et volume de rétention).

11-Elle explique pourquoi la marque en plafond de la chambre souterraine coincide en position avec la seule pierre munie d’un linteau sur le mur nord de la chambre du roi. ( interrupteur à sable et conduit vertical)

12-Elle explique la raison du U inversé dans la construction des conduits. (seule façon d’assurer une étanchéité correcte)

13-Elle explique pourquoi le sarcophage était en si mauvais état et pourquoi on a jamais retrouvé son couvercle. (il servait de bouchon destiné à maintenir l’étanchéité argileuse entre lui et les herses).

14-Elle explique la trace d’éffraction en V inversé dans le linteau du couloir menant à la chambre du roi.(présence du sarcophage)

15-Elle explique la marche taillée en V en haut de la grande galerie. (orientation de l’eau dans le centre de la cunette)

16-Elle explique le volume et la forme de la grande galerie.(égout permettant de reprendre la soupape de sécurité et de faire diminuer la pression sur la couverture du couloir de la chambre de la reine)

17-Elle explique pourquoi les bouchons de granit ont été mis en place dès le début et pourquoi la moitié du couloir ascendant est creusé au lieu d’être appareillé.(vérrouillage de la descenderie après fonctionnement du mécanisme et pas de momie à monter par la)

18-Elle explique pourquoi le mur sud de la chambre du roi reprennait plus de poids que le mur nord. (présence des chambres secrètes du coté nord)

19-Elle explique le mauvais état du dallage de la chambre de la reine et la présence d’une marche dans son couloir. (enfoncement du plancher)

20-Elle explique ce qu’il y a au bout et au dessus des conduits de la chambre de la reine. (présence d’une rampe interne)

21-Elle explique le double chevron au dessus de l’entrée de la pyramide.(véritable entrée de la rampe interne juste en dessous)

22-Elle rend logique la présence de conduits. (pour obtenir une pression hydraulique)

23- Elle rend logique l’utilisation du granit pour la chambre à pression.(étanchéité maximum sur une grande période)

24-Elle explique le décentrement des conduits et leur arrivée en bas des chambres. (utilisation de l’air comprimé comme réserve de pression )

25- Elle explique la quatrième herse fixe. (protection de la partie calcaire de la grande galerie lors de la libération de l’eau)

Points faibles de notre théorie

1-Comment ceux qui devaient ouvrir cette pyramide devait-ils procéder pour remplir les conduits extérieur d’eau ?

Quelques éléments de réponse. Un déluge ou des pluies diluviennes aurait pu remplir la cuve sans intervention humaine mais l’architecture interne parle plutot pour une action humaine. La prise en compte de la présence du Nil à 800 m , de l’ensablement naturel et du fait que le calcaire de façade est une pierre tendre sur laquelle il est facile de fixer des échellons ne satisfait pas pour autant les septiques qui oublient qu’ils n’ont que de 273 m3 d’eau à monter. En regard du nombre de pierres de 2.5 tonnes montées bien plus haut par les constructeurs , n’avoir que de l’eau à monter pour l’ouvrir est un vrai plaisir :-)

2- Si la chambre de la reine était une chambre de tests , à partir du moment ou ses conduits montent plus haut que la chambre du roi , que se seraient-il passé en cas de tests infructueux ? .

En fait la aussi , tout dépends de la méthodologie de la construction de la pyramide. S’il s’agit de pierres moulées comme dans la théorie de Davidovits, les contraintes sont moins importantes qu’en cas de pierres taillées. Il faut aussi savoir que la pression de déclenchement est inférieure a celle maximum mais qu’il leur fallait aussi rejoindre une rampe interne pour amener l’eau. Il se peut aussi que la chambre de la reine ait servi a actionner un mécanisme de fermeture à la fin du chantier.

3- La probabilité pour que les herses posées sur du sable descendent en même temps que le plancher de la chambre est peu probable.

C’est pour cette raison que nous avons proposé une variante dans notre livre "Le mécanisme d’ouverture de la pyramide de Chéops". En fait si seul le plancher et le sarcophage descendent , ce dernier ne coincera plus correctement l’argile et l’eau sera libéréé quand même par une belle fuite au niveau du joint mur sud-première herse.

Cet article reste ouvert à vos remarques.N’hésitez pas à nous faire partager vos doutes ou vos certitudes.


Forum

  • (O) Points forts - Points faibles
    22 septembre 2010, par Delirlo

    En réponse au point faible n°2.

    Ne pourrait-on pas envisager, dans le cadre du test, de remplacer plus avantageusement l’ eau du Nil par de simples blocs de calcaires qui, empilés les uns à côté et au dessus des autres, provoqueraient le même effet recherché ?

    Il n’ y aurait plus ensuite qu’ à convertir la masse calcaire de mesure en équivalent eau.

    Ce procédé aurait aussi pour avantage d’ apporter une explication aux empreintes constatées sur le sol de cette chambre, encore assez frais de son moulage, lors de l’ essai.

    C’ était d’ ailleurs l’ une de vos hypothèses envisagées dans votre premier livre (page 112).

    L’ avez-vous abandonnée aujourd’hui ?

  • (O) Points forts - Points faibles
    22 septembre 2010, par Delirlo

    En réponse au point faible n°3.

    Je ne comprends pas cette "improbabilité".

    En effet votre théorie, Lheureux et Martin, du plancher escamotable dans la chambre du roi repose sur l’ analogie, supposée réelle, avec celui de la chambre de la reine.

    Or, le plancher effondré dans la chambre de la reine pris pour modèle inclus son couloir horizontal sur une longueur de 5,50m qui, par analogie implique, à longueur égale (5,51m), de joindre à la longueur du plancher de la chambre du roi celles des planchers de l’ antichambre (2,95m) et de leur couloir intermédiaire (2,56m).

    Excluez-vous :

    - la probabilité d’ une descente du plancher de l’ antichambre

    - ou celle d’ un simple défaut de synchronisme entre lui et ceux du roi et du sarcophage ?

    N’ ayant pas lu votre deuxième livre pourriez-vous, s’ il vous plait, me le préciser ?

  • (O) Points forts - Points faibles
    21 septembre 2010, par Delirlo

    En réponse au point faible n°1.

    L’ hypothèse diluvienne est séduisante malgré son extravagance car, elle résoudrait facilement, entre autres, les problèmes de joints et d’ anatomie.

    En effet, le recouvrement de la pyramide par l’ eau (sur une durée suffisante) assurerait le remplissage de la chambre du roi, par les embouchures externes de ses conduits d’ aération, sans aucune intervention humaine tout en garantissant une mise en pression probablement supérieure à celle requise pour le fonctionnement du mécanisme et le déplacement des trois gros bouchons du couloir ascendant.

    De plus, les fuites n’ auraient alors plus beaucoup d’ importance puisqu’ elles ne provoqueraient aucune baisse de pression significative sur les mécanismes hydrauliques dont leur partie fonctionnelle "amont" serait toujours en surpression par rapport à leur partie "avale" par le principe des vases faiblement communiquant.

    C’ est une question de vitesse, les fuites doivent passer par un libage jointoyé fortement ralentisseur : le milieu résistant donc, non conducteur, s’ oppose à tout court-circuit.

    Enfin, tenir l’ existence d’ un mécanisme ne suffit pas pour aboutir à un sens ; dans cette logique diluvienne, ce mécanisme ne peut être qu’ une conclusion et non un développement.

    Ainsi, vouloir l’ actionner irrégulièrement serait peut-être comparable à une erreur de jeunesse.

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 246979

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2- Notre théorie   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License