Le mécanisme secret de la grande pyramide d’Egypte

La grosse erreur des égyptologues

jeudi 1er novembre 2007 par Philippe Lheureux

La plupart des égyptologues pensent que le plan intérieur de la pyramide est lié au fait que le pharaon pouvait décéder en cours de travaux et qu’il fallait bien entreposer son corps quelque part en attendant la fin de l’ouvrage.

Navigation rapide

Ils auraient ainsi crée la chambre souterraine et la chambre de la reine dans le but unique de palier à un décès prématuré du pharaon. Quant à la chambre du roi, ils l’auraient abandonné suite à la découverte de fissures dans les poutres du plafond et auraient décidé d’entreposer le corps dans une autre et hypothétique chambre qui reste à découvrir. (lire le livre LA CHAMBRE DE CHEOPS de Gilles Dormion chez FAYARD)

Deux tombeaux provisoires pour un seul corps et le troisieme inutilisable, pas mal vu :-)

Nous avons donc trois salles connues, vierges de tous hiéroglyphes et un demi sarcophage ressemblant à un abreuvoir qui ne passait même pas par le couloir ascendant.

Il faut aussi savoir que la plupart des sarcophages égyptiens étaient comme des poupées russes, or ici les dimensions internes ne permettent pas de mettre d’autres sarcophages à l’intérieur.

La momie du pharaon aurait donc du être transportée sur un brancard avant d’être mise en place dans son sarcophage.

Essayez d’imaginer le parcours funéraire, descenderie, couloir ascendant, grande galerie avec passage au dessus des bouchons de granit, le tout dans la pénombre, en atmosphère confinée et avec une belle pente ! Ce n’est plus un enterrement royal, c’est Intervilles avant l’heure !

Et que penser du risque que faisait courir à la momie et au mobilier royal, les deux conduits dits « de ventilation » qui communiquaient avec l’extérieur.

Outre les insectes, le sable et éventuellement la pluie, il aurait suffit que des hommes y versent de l’eau pour noyer totalement la momie et le mobilier funéraire.

Des pilleurs auraient pu en avoir l’idée, rien que pour voir où elle allait ressortir.

Pensez vous vraiment que Khéops pouvait prendre ce risque s’il voulait vivre éternellement ?.

Reste aussi à expliquer pourquoi aucun de ces deux tombeaux provisoires n’a servi de tombeau définitif après la découverte de fissures dans les poutres du plafond de la chambre du roi !

Et ce n’est pas tout ! Après mise en place de la momie dans le sarcophage, il fallait remettre son couvercle , amener tout le mobilier royal, fermer les trois lourdes herses de l’antichambre dont les poteaux de maintien en position haute rétécissaient encore plus l’accès à la chambre du roi, faire glisser les trois bouchons de granit de la grande gallerie jusqu’en bas du couloir ascendant, ressortir par le puits via la descenderie et fermer la véritable entrée de la pyramide. Un rien !

Mon hypothèse de travail

Je ne suis pas égyptologue mais je pense que les constructeurs savaient très bien ce qu’ils faisaient quand ils ont conçu le plan intérieur et que celui-ci n’a rien à voir avec un tombeau.

Dans mon livre, en partant du principe que toutes les anomalies architecturales constatées avaient forcément une raison logique d’être, j’ai supposé, puisqu’il n’y avait pas d’accès visibles, que le but des constructeurs était de concevoir un système qui permettait d’actionner la ou les vraies portes de la pyramide sans avoir besoin d’y pénétrer par effraction.

Tout devait donc se faire « en douceur » et de l’extérieur, ce qui sous entendait que toute tentative d’effraction ne pourrait qu’endommager le système d’ouverture et rien d’autre.

J’ai donc essayé de remettre la pyramide dans son état d’origine et de raisonner de l’extérieur vers l’intérieur et dans le sens de la gravité. Après plusieurs milliers d’années d’érosion naturelle, seuls les conduits de la chambre du roi sont visibles en façade.

Que se serait-il vraiment passé si les hommes, au lieu d’avoir pénétré par effraction dans cette pyramide, avaient eu l’idée de la remplir d’eau à l’aide d’un de ces conduits ?

C’est cette démarche que je me suis efforcé de respecter, la connaissance du plan intérieur permettant simplement de suivre ou de prévoir l’action du mécanisme.

Les constructeurs auraient pu procéder ainsi dans le but d’effectuer un legs aux futures générations tout en s’assurant que l’action de simples pilleurs reste infructueuse. Que voulaient ils transmettre ? Un tombeau ? une sorte de musée des connaissances techniques de l’époque ?

Une chose est sûre, dans une pyramide de cinq millions de tonnes de pierre constituées par deux millions trois cent mille blocs, il est possible d’imaginer beaucoup d’autres chambres, couloirs et conduits en plus de celles et ceux connus.

Et si tombeau il y a, il est peut être au dessus du niveau de la chambre du roi et accessible par la fameuse rampe interne si chère à Jean-Pierre HOUDIN. Comment le mécanisme ouvre t-il un accès entre cette rampe et la ou les chambres secrètes ?

Vous le saurez en lisant mon livre. Patience !


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 608731

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 9- Théories différentes   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License